Quebec’s Boreal Forest Hangs in the Balance

En Français

On the heels of last year’s Climate Week, after over 500,000 people marched in the streets of Montreal demanding climate action, the Quebec government announced its shocking intention to ramp up industrial logging in the province as a climate solution. This plan flew in the face of science, embracing the logging industry’s dangerous misinformation and ignoring the devastating on-the-ground reality of industrial logging’s long-term climate impact.

This year, following weeks of choking smoke and roiling wildfires in Western North America and a Climate Week that presented a more dire picture than ever, Quebec is finalizing its new forestry regime. In the coming weeks,  the province will decide the direction of its economic recovery and the future of its forests. In the wake of COVID-19 and a year beset by environmental catastrophe, Quebec will, in this plan, either embrace climate leadership and chart a path to a sustainable, just economy that centers Indigenous self-determination, or cede the future of the boreal forest and our climate to unsustainable and reckless industrial practices.

The boreal forest of Quebec is one of the most carbon-rich forest regions on the planet. Across Canada, the boreal holds twice as much carbon as the world’s oil reserves, making protecting this forest critical to the fight against climate change. Yet each year in Quebec, the logging industry clearcuts over 325,000 acres across the province, releasing the forest’s vast stores of locked-up carbon into the atmosphere and driving climate change.

Quebec’s plans to ramp up logging as a climate solution relied on the logging industry’s most egregious spin.

The industry’s most prevalent argument for its sustainability is that for every tree it cuts down, another one regrows. Yet even under ideal circumstances, an intact forest, once clearcut, is irreplaceable. Boreal forests regrow slowly, and it can take between 92 to 757 years to pay off the “carbon debt” incurred from logging Quebec’s forests to create short-lived products like biomass. Forests recover on time spans divorced from the exigency of the climate crisis. The only way to reap their value for the climate in time is to leave them standing.

Nor does the forest always grow back. Contrary to industry claims around near-perfect regrowth, entire swaths of logged forest aren’t returning. Wildlands League’s revelatory 2019 study showed an average of 14 percent of the logged areas studied in Northern Ontario have remained essentially barren even two or three decades after logging. The potential climate impact of these “logging scars” is immense. Assuming the current rate of deforestation continues, by 2030 logging scars in Ontario alone will have reduced the forest’s climate mitigation potential by a total of 41 million metric tons of CO2, which is equal to the annual emissions of Canada’s passenger vehicles. While the study looked at clearcuts in Ontario, the full-tree logging practices that caused these logging scars account for half the industrial logging in Quebec.

Clearcut logging in Quebec

Unfortunately, Quebec, like the rest of Canada, is neither adequately accounting for nor regulating industrial logging’s climate impacts. In touting industrial logging’s role as a climate solution, it is assuming perfect forest regrowth and ignoring the need for prioritizing the immediate climate benefits intact forests provide. The logging industry is also not subject to any kind of carbon pricing for its impact on forests, allowing companies to externalize the costs of their climate footprint to communities around the world and future generations.

Quebec’s appetite for unfettered logging also risks hobbling forests during a time of unprecedented vulnerability.  As the wildfires in California and the Pacific Northwest show, forests are also going to be facing increasingly volatile stressors as climate change worsens. Intact forests are far more resilient in the face of these impacts than previously logged forests. Counting on forests to regrow in a hostile, uncertain climate is short-sighted and dangerous. 

The logging industry can be compatible with a climate-safe future, but only through addressing the significant loopholes around its climate impacts. Blindly adopting the logging industry’s misleading messaging around its current sustainability will risk undermining Quebec’s global stature as a climate leader and source of sustainable forest products.

To maintain its international reputation, Quebec needs, through better forest monitoring and industry incentives, to drive industrial logging practices that are compatible with a climate-safe future. These include longer harvest rotations, avoiding intact forests, and eliminating the full-tree logging practices that cause the logging scars.

Quebec also needs to ramp up its investment in Indigenous Protected and Conserved Areas (IPCA) and Indigenous Guardians programs. A truly just, sustainable future is impossible without centering the leadership, vision, and knowledge of Indigenous Peoples. While Quebec has made meaningful conservation commitments and taken steps to advance Indigenous-led protection, it needs to make Indigenous self-determination and sustainable, community-driven economies pillars of its economic plans in the wake of COVID-19. It should finalize Indigenous-led plans like the Cree Nation Government’s protected area proposal in a way that fully aligns with Indigenous visions for their territories and protects critical, carbon-rich areas like the Broadback River watershed

So much about the world seems to have changed since the world convened for Climate Week a year ago. Yet, the devastating reality is that, for the climate’s trajectory, far too much has stayed the same. Quebec has the opportunity to move the needle on natural climate solutions, leading the way toward a more sustainable reality that protects forests, communities, and the global climate. The economic future it charts for itself will have reverberations globally and for generations to come. The world is watching.


La forêt boréale québécoise en péril

Dans la foulée de la Semaine du climat de l’année dernière, après que plus de 500 000 personnes eurent défilé dans les rues de Montréal pour exiger des mesures de lutte contre les changements climatiques, le gouvernement du Québec a annoncé son intention alarmante d’intensifier l’exploitation forestière industrielle dans la province comme solution au problème des changements climatiques. Ce plan va à l’encontre de la science, car il reprend la dangereuse désinformation de l’industrie forestière et fait fi de la réalité dévastatrice sur le terrain des répercussions à long terme de l’exploitation forestière industrielle sur le climat.

Cette année, après des semaines de fumée suffocante et de feux de forêt dans l’ouest de l’Amérique du Nord et une Semaine du climat qui a été l’occasion de dresser un tableau plus sombre que jamais, le Québec met la dernière touche à son nouveau régime forestier. Dans les semaines à venir, la province décidera de l’orientation de sa reprise économique et de l’avenir de ses forêts. Dans la foulée de la COVID-19 et d’une année marquée par des catastrophes environnementales, le Québec va, dans le cadre de ce plan, soit adopter un rôle de leader en matière de climat et tracer la voie vers une économie durable et juste, centrée sur l’autodétermination des Autochtones, soit céder l’avenir de la forêt boréale et de notre climat à des pratiques industrielles non durables et irresponsables.

La forêt boréale du Québec est l’une des régions forestières les plus riches en carbone de la planète. Au Canada, la forêt boréale contient deux fois plus de carbone que les réserves mondiales de pétrole, ce qui en fait un allié incontournable dans la lutte contre les changements climatiques. Pourtant, chaque année au Québec, l’industrie forestière abat plus de 325 000 acres de forêt, libérant ainsi dans l’atmosphère les vastes réserves de carbone de la forêt et contribuant aux changements climatiques.

La protection des dernières forêts intactes du monde est cruciale si l’on veut éviter des changements climatiques incontrôlés. Or, les plans du Québec visant à intensifier l’exploitation forestière comme solution au problème du climat s’appuient sur la plus flagrante propagande de l’industrie forestière.

L’argument le plus souvent avancé par l’industrie pour défendre sa durabilité est que pour chaque arbre qu’elle abat, un autre repousse. Pourtant, même dans des circonstances idéales, une forêt intacte est irremplaçable une fois coupée à blanc. En effet, la forêt boréale se régénère lentement et il faut parfois entre 92 et 757 ans pour rembourser la « dette de carbone » liée à l’exploitation des forêts du Québec pour créer des produits de courte durée comme la biomasse. Les forêts se reconstituent sur des périodes de temps indépendantes des exigences de la crise climatique. La seule façon de tirer profit de leur valeur à temps pour le climat est de les laisser intactes.

Mais la forêt ne repousse pas toujours non plus. Contrairement aux affirmations de l’industrie concernant la repousse quasi parfaite, des pans entiers de forêts exploitées ne repoussent pas. L’étude révélatrice de la Wildlands League réalisée en 2019 a montré que, même deux ou trois décennies après l’exploitation forestière, une moyenne de 14 % des zones exploitées étudiées dans le nord de l’Ontario sont restées essentiellement stériles. Les effets potentiels de ces « cicatrices d’exploitation forestière » sur le climat sont considérables. En supposant que le taux actuel de déforestation se poursuive, d’ici 2030, les cicatrices de l’exploitation forestière en Ontario seulement auront réduit le potentiel d’atténuation des changements climatiques de la forêt d’un total de 41 millions de tonnes métriques de CO2, ce qui équivaut aux émissions annuelles des véhicules passagers au Canada. Bien que l’étude ait porté sur les coupes à blanc en Ontario, les pratiques d’exploitation par arbres entiers qui ont causé ces cicatrices représentent la moitié de l’exploitation industrielle au Québec.

Malheureusement, à l’instar du reste du Canada, le Québec ne tient pas suffisamment compte des répercussions sur le climat de l’exploitation forestière industrielle et ne les réglemente pas. En vantant le rôle de l’exploitation forestière industrielle comme solution au problème des changements climatiques, il part du principe que la régénération des forêts est parfaite et ignore la nécessité d’accorder la priorité aux avantages immédiats que procurent les forêts intactes sur le plan climatique. L’industrie de l’exploitation forestière n’est pas non plus soumise à une quelconque tarification du carbone pour ses répercussions sur les forêts, ce qui permet aux entreprises de faire payer les coûts de leur empreinte climatique aux communautés du monde entier et aux générations futures.

L’appétit du Québec pour une exploitation forestière sans entrave risque également de nuire aux forêts en cette période de vulnérabilité sans précédent. Comme le montrent les feux de forêt en Californie et dans le nord-ouest du Pacifique, les forêts vont également être confrontées à des facteurs de stress de plus en plus volatils à mesure que les changements climatiques s’aggravent. Les forêts intactes sont bien plus résistantes face à ces effets que les forêts précédemment exploitées. Compter sur les forêts pour qu’elles repoussent dans un climat hostile et incertain est une attitude peu prévoyante et dangereuse.

L’industrie forestière pourrait être compatible avec un avenir sans danger pour le climat, mais seulement si elle s’attaque aux lacunes importantes concernant ses répercussions sur le climat. En adoptant aveuglément les messages trompeurs de l’industrie forestière concernant sa durabilité actuelle, on risque de compromettre le statut mondial du Québec en tant que leader en matière de climat et source de produits forestiers durables.

Si le Québec veut maintenir sa réputation internationale, il doit favoriser des pratiques d’exploitation forestière industrielles compatibles avec un avenir sans danger pour le climat, grâce à une meilleure surveillance des forêts et à des mesures incitatives pour l’industrie. Il s’agit notamment de prolonger les rotations de récolte, d’éviter les forêts intactes et d’éliminer les pratiques d’exploitation par arbres entiers à l’origine des cicatrices de l’exploitation forestière.

Le Québec doit également augmenter ses investissements dans les Aires protégées et de conservation autochtones (APCA) et les Programmes de gardiens autochtones. On ne peut assurer un avenir vraiment juste et durable sans miser sur le leadership, la vision et les connaissances des peuples autochtones. Bien que le Québec ait pris des engagements significatifs en matière de conservation et des mesures pour faire progresser la protection dirigée par les Autochtones, il doit faire de l’autodétermination des Autochtones et des économies durables et communautaires des piliers de ses plans économiques dans la foulée de la COVID-19. Il devrait finaliser les plans dirigés par les Autochtones, comme la proposition d’aire protégée du gouvernement de la Nation crie, d’une manière qui s’aligne pleinement sur les visions autochtones pour leurs territoires et protège les zones critiques et riches en carbone comme le bassin versant de la rivière Broadback.

Tant de choses semblent avoir changé dans le monde depuis la Semaine du climat qui s’est tenue il y a un an. Pourtant, la réalité dévastatrice est que, pour la trajectoire du climat, beaucoup trop de choses sont restées les mêmes. Le Québec a la possibilité de faire avancer les solutions naturelles en matière de climat, pavant ainsi la voie à une réalité plus durable qui protège les forêts, les communautés et le climat mondial. L’avenir économique qu’il se tracera aura des répercussions à l’échelle mondiale et pour les générations à venir. Le monde entier l’observe.

About the Authors

Jennifer Skene

Environmental Law Fellow, International Program

Join Us

When you sign up you'll become a member of NRDC's Activist Network. We will keep you informed with the latest alerts and progress reports.