Five Years Later, Waswanipi Is Still Waiting on Quebec

En Français

Five years ago today, the Quebec government signed an agreement with the Cree Nation Government committing to discuss the protection of the Broadback River Valley Forest. The Waswanipi Cree had been fighting for years to protect this region, called in Cree “The Mishigamish”, which is one of the last intact forest areas on Waswanipi territory left untouched by industrial logging. Under this accord, the Agreement to Resolve the Baril-Moses Forestry Dispute (“2015 Agreement”), Quebec delayed outright protection for the Broadback but promised to engage in “meaningful discussions” around safeguarding this critical area. Since then, logging trucks have continued to arrive apace, eating away at the edges of this critical intact area of boreal forest. Meanwhile, five years later, as NRDC and partner NGO Canopy wrote to Quebec Premier François Legault, the Waswanipi Cree are still waiting for Quebec to come to the table.

“This is our territory, it’s us.” 

The Broadback River Valley Forest, found in the northern reaches of the Waswanipi Cree’s territory in northern Quebec, is part of the last 10% of Waswanipi territory that has--so far--escaped industrial logging and other development. It’s a last vestige of the old-growth boreal forest that once spanned Waswanipi territory and sustained the Cree for time immemorial. 

The Broadback is an inextricable part of Pimatseewin--the Cree Way of Life -- where Cree families have thrived and lived off the land for generations. As former Waswanipi Youth Chief Melanie Neeposh described, “Our culture’s out there on the Broadback. Our identity’s out there on the Broadback.” The boreal forest of the Broadback still teems with wildlife important to the Cree such as boreal caribou, marten, and moose. This old-growth forest’s berries, trees, and other plants have provided food and materials to the Cree for time immemorial. Its freshwater is among the purest in the world. It’s a critical bastion against climate change, which has already taken a toll on the Cree. Waswanipi tallyman and Band Council member Don Saganash explained, “This is our territory, it’s us.”

The Broadback

Greepeace/Josué Bertolino

The boreal forest across the rest of the territory is a shadow of its former richness. As elder Allan Saganash described, “Layers and layers of forestry roads, totaling more than 33,000 kilometers, now stretch across our traditional lands, and the areas that were subject to harvest have fragmented, denuded of their natural beauty by forestry development.” 

Now, despite the Waswanipi Cree’s increasingly urgent calls across two decades to protect the Mishigamish, Quebec is pushing the Broadback toward the same fate. 

Broken Promises

While the 2015 Agreement failed to protect the Mishigamish, it contained a critical provision, known as Schedule C, that committed Quebec to engaging in “meaningful discussions” with the Waswanipi Cree around finally safeguarding the forest. After five years, Quebec has held only one organizational meeting, back in the fall of 2015, and one meeting last fall.  

Time is almost always on the side of industry and, as Quebec has dragged its feet, business as usual has continued for the logging industry. Quebec has engaged in lopsided implementation of the 2015 Agreement, allowing the two logging roads included in the Agreement to move forward. Quebec also approved a five-year logging plan in Waswanipi Territory that expands clearcutting to the southern portion of the Broadback. This five-year plan not only contravenes the 2015 Agreement, but also undermines Quebec’s commitments under the 2002 Paix des Braves agreement to protect wildlife areas important to the community and under the 1975 James Bay and Northern Quebec Agreement, which commits Quebec to protecting “the Cree people their economies and the wildlife resources upon which they depend.” 

Clearcut in Waswanipi Territory

In failing to move forward with protecting the Mishigamish, Quebec is also marring its reputation internationally. The Declaration on the Rights of Indigenous Peoples (“UN Declaration”) protects Indigenous Peoples’ land rights, including their right to free, prior and informed consent (FPIC) to any development on their territories. Quebec, in failing to engage with the Waswanipi, is branding itself as a human rights laggard. Quebec is also undermining its image as an environmental leader, jeopardizing this forest which Waswanipi Chief Marcel Happyjack has characterized as, “literally a shield against climate change”, and missing a vital opportunity to meet its land protection commitments. 

Running Out of Time

The Waswanipi Cree are not giving up the fight to protect their homeland. In September 2018, they staged a peaceful protest, supported by the other Cree communities, against the logging industry’s incursion into the Broadback. In September of 2019, the Waswanipi Band and Council passed a resolution at the behest of the community to seek “absolute protection” of the Mishigamish.

The Waswanipi Cree demonstration against logging in the Broadback

Now, with the logging trucks on the Broadback’s doorstep, this five-year anniversary of the 2015 Agreement also marks a crucial turning point. If Quebec fails to take action, the loss to the Waswanipi Cree, wildlife, and the global climate will be irremediable. A just, sustainable future depends on prioritizing Indigenous leadership and allowing the Waswanipi and other Indigenous People to finally dictate the future of their own lands. They’ve waited long enough. 


Cinq ans plus tard, Waswanipi attend toujours que la forêt soit protégée

Il y a cinq ans aujourd’hui, le gouvernement du Québec a signé une entente avec le gouvernement de la Nation crie, dans le cadre de laquelle il s’engageait à discuter de la protection du bassin versant de la rivière Broadback. Les Cris de Waswanipi se battent depuis des années pour protéger cette région, appelée en langue crie « Mishigamish », qui est l’une des dernières zones forestières intactes du territoire de Waswanipi à avoir été épargnée par l’exploitation forestière industrielle. Dans le cadre de l’Entente pour la résolution du différend forestier Baril-Moses (« Entente de 2015 »), le Québec a retardé la protection intégrale de la Broadback, mais a promis de tenir des « discussions sérieuses » sur la sauvegarde de cette aire critique. Depuis lors, cependant, les camions forestiers n’ont cessé d’arriver à un rythme soutenu, rongeant les bords de cette aire critique intacte de la forêt boréale. Cinq ans plus tard, comme l'a écrit NRDC et l'ONG partenaire Canopée au Premier ministre du Québec, François Legault, les Cris de Waswanipi attendent toujours que le Québec s’assoie à la table des négociations.

« C’est notre territoire, c’est nous »

La forêt de la vallée de la rivière Broadback, située dans la partie nord du territoire des Cris de Waswanipi, dans le nord du Québec, fait partie des derniers 10 % du territoire de Waswanipi qui ont — jusqu’à présent — échappé à l’exploitation forestière industrielle et à d’autres formes de développement. C’est un ultime vestige de l’ancienne forêt boréale qui s’étendait autrefois sur le territoire de Waswanipi et qui a soutenu les Cris pendant des temps immémoriaux.

La Broadback est une partie inextricable du Pimatseewin — le mode de vie des Cris — où les familles cries ont prospéré et vécu de la terre pendant des générations. Comme l’a décrit Melanie Neeposh, ancienne chef des jeunes de Waswanipi : « Notre culture est là, sur la Broadback. Notre identité est là, sur la Broadback ». La forêt boréale de la Broadback regorge encore d’animaux sauvages importants pour les Cris, comme le caribou boréal, la martre et l’orignal. Les baies, les arbres et les autres plantes de cette forêt ancienne ont fourni de la nourriture et des matériaux aux Cris depuis des temps immémoriaux. Son eau douce est l’une des plus pures au monde. C’est un bastion crucial contre les changements climatiques, qui ont déjà fait des ravages chez les Cris. Don Saganash, maître de cérémonie et membre du conseil de bande de Waswanipi, a ainsi affirmé : « C’est notre territoire, c’est nous ».

La forêt boréale sur le reste du territoire n’est plus que l’ombre de sa richesse passée. Comme l’a décrit l’Aîné Allan Saganash : « Des couches et des couches de routes forestières, totalisant plus de 33 000 kilomètres, s’étendent maintenant sur nos territoires traditionnels, et les zones qui ont fait l’objet de récoltes se sont fragmentées, dénudées de leur beauté naturelle par le développement forestier ».

Aujourd’hui, malgré les appels de plus en plus pressants lancés par les Cris de Waswanipi depuis deux décennies pour protéger la Mishigamish, le Québec précipite la Broadback vers le même sort.

Des promesses non tenues

Bien que l’Entente de 2015 n’ait pas réussi à protéger la Mishigamish, elle comportait une disposition essentielle, appelée Annexe C, qui obligeait le Québec à entreprendre des « discussions sérieuses » avec les Cris de Waswanipi pour enfin sauvegarder la forêt. Mais cinq ans plus tard, le Québec n’a tenu qu’une seule réunion d’organisation, à l’automne 2015, et une autre l’automne dernier. 

Le temps joue presque toujours en faveur de l’industrie et, comme le Québec s’est traîné les pieds, l’industrie forestière a continué à fonctionner comme si de rien n’était. Le Québec s’est engagé dans une mise en œuvre déséquilibrée de l’Entente de 2015, ce qui a permis aux deux chemins forestiers inclus dans l’Entente d’avancer. Le Québec a également approuvé un plan quinquennal d’exploitation forestière dans le territoire de Waswanipi qui étend la coupe à blanc à la partie sud de la Broadback. Non seulement ce plan quinquennal contrevient à l’Entente de 2015, mais il compromet également les engagements pris par le Québec dans le cadre de l’accord de la Paix des Braves de 2002 visant à protéger les zones fauniques importantes pour la communauté et dans le cadre de la Convention de la Baie James et du Nord québécois de 1975, qui oblige le Québec à protéger « le peuple cri, son économie et les ressources fauniques dont il dépend ».

En n’allant pas de l’avant avec la protection de la Mishigamish, le Québec entache également sa réputation sur la scène internationale. La Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (« Déclaration des Nations Unies ») protège les droits fonciers des peuples autochtones, y compris leur droit au consentement libre, préalable et éclairé (CLIP) pour tout développement sur leurs territoires. Le Québec, en ne s’engageant pas avec les Waswanipi, se positionne comme un pays en retard sur le plan des droits de la personne. Le Québec nuit également à son image de leader environnemental, mettant en péril cette forêt que le chef de Waswanipi, Marcel Happyjack, a décrite comme étant « littéralement un bouclier contre les changements climatiques », et ratant une occasion unique de respecter ses engagements en matière de protection du territoire.

Le temps presse

Les Cris de Waswanipi n’abandonnent pas leur lutte pour protéger leur territoire. En septembre 2018, ils ont organisé une manifestation pacifique, soutenue par les autres communautés cries, contre l’incursion de l’industrie forestière dans la région de la Broadback. En septembre 2019, la bande et le conseil de Waswanipi ont adopté une résolution à la demande de la communauté pour obtenir la « protection absolue » de la Mishigamish.

Aujourd’hui, alors que les camions d’exploitation forestière sont aux portes de la Broadback, ce cinquième anniversaire de l’Entente de 2015 marque également un tournant crucial. Si le Québec ne prend pas de mesures, la perte pour les Cris de Waswanipi, la faune et le climat mondial sera irrémédiable. Un avenir juste et durable dépend de la priorité accordée au leadership autochtone et de la possibilité pour les Waswanipis et les autres peuples autochtones de dicter enfin l’avenir de leurs propres territoires. Ils ont attendu assez longtemps.

About the Authors

Jennifer Skene

Environmental Law Fellow, International Program

Join Us

When you sign up you'll become a member of NRDC's Activist Network. We will keep you informed with the latest alerts and progress reports.