Woodland Caribou: Canadian Icon on the Brink

This is the second blog post in a series examining issues to Canada’s boreal forest.

The woodland caribou is one of Canada’s national icons. Think America’s bald eagle or China’s giant panda. It might be better known down here as the trusty steed that pulls Santa’s sleigh—Christmastime’s “reindeer.” Despite the species’ special place in Canada’s national iconography, today many herds across Canada are suffering, with some hovering on the brink of extinction. Across Canada’s vast boreal forest, the woodland caribou—a shy, forest dwelling sub-species—is under continual threat as logging, mining, road-building, and other human activity pushes further and further into its remaining habitat. As the woodland caribou only thrives in intact areas of Canada’s boreal forest, the fate of this iconic species is linked to that of the boreal – one of the world’s last great forests. But 2017 marks the year this disturbing trend could finally change. In October, the federal government will publish a report detailing the progress that has been made at the provincial and federal levels to protect critical habitat for woodland caribou. It’s a moment in time when it will become clear whether Canada’s federal and provincial governments have made any moves to show their commitment to do the right thing to protect this iconic species and its remaining boreal forest habitat.

The woodland caribou has graced the Canadian quarter for decades.

Royal Canadian Mint.

Unlike their close relations who live together in massive herds on the open tundra, woodland caribou are elusive forest dwellers that require enormous areas of undisturbed forest for food and protection from predators. Due to their vulnerability to wolves and bears, woodland caribou avoid roads and areas of forest that have been cut, often staying several miles away from these human-created edges. So sensitive are woodland caribou to disturbances in their habitats that it can take half a century for the species to return to an area that was disturbed and subsequently grew back. Because of its shyness and careful avoidance of any opening in the forest, fragmentation caused by roads, logging, mining, and natural causes can seriously limit the species’ migration routes, and in many cases may cut the animal off from important sources of food or annual calving grounds. These many sensitivities to on-the-ground conditions make woodland caribou one of the best indicators available for the overall health of the boreal forest.

Today, habitat loss is one of the largest threats facing woodland caribou. Over the past two centuries of human incursion into North America’s boreal forest, half of the species habitat has been lost. In the southern portion of their historic range, most of this habitat loss has been caused by human activity ranging from clearing of land for agriculture to road building to extensive clearcut logging. Studies provide a very stark picture of just how pressing the species’ situation is: of the 57 identified woodland caribou herds in Canada, only 17 are considered to have self-sustaining populations. Absent concerted efforts at conservation and recovery, the 40 threatened herds are likely to continue their decline and eventually disappear from the landscape.

Woodland caribou.

U.S. Fish and Wildlife Service.

Various woodland caribou populations have been listed as a threatened species under Canada’s Species at Risk Act (SARA)—the equivalent of the U.S. Endangered Species Actsince 1984. In 2012, the Canadian federal government published a proposed recovery strategy for the species under authority provided by SARA. The publication of the strategy was supposed to come with legally mandated updates every six months, but the Canadian government has yet to produce a single report since 2012. Now, it has set an October 2017 deadline for producing a report on federal and provincial progress on implementation of woodland caribou recovery strategies.

Sadly, despite the passage of five years, almost no progress has been made at the provincial level, either with habitat conservation or with implementation of strategies that will reverse the species’ continued decline. Meanwhile, industrial development in the boreal has continued unabated, driven in large part by U.S. and Canadian demand for lumber and paper products.

The apparent unwillingness to take action to save this iconic Canadian species is perhaps best highlighted by the situations of Quebec and Ontario. Last April, Quebec announced the outline of a woodland caribou conservation and recovery strategy, but has since remained mum on how it plans to implement that strategy. Reports suggest that the province will announce new protected areas in the coming months, and a habitat management strategy by April 2018, but further details remain unclear. Amidst this uncertainty, studies have revealed the extent of habitat degradation within the range of the province’s woodland caribou populations. Meanwhile, the provincial government chose to open 15 million acres to commercial logging in currently intact forests instead of protecting critical habitat. Next door, in Ontario, the province has made no outward progress toward announcing a conservation and recovery plan for the species. Indeed, in 2013, the province created an exemption in its provincial Endangered Species Act for a number of industries operating in its boreal zone that allows them to destroy critical habitat. In the face of this inaction, the province’s own scientists have found that 13 of the province’s 15 herds are facing mounting threats to their survival.

There are a few bright spots amid the constant stream of bad news about species. Manitoba, for example, recently released a recovery strategy that, if fully implemented, could preserve enough critical habitat to ensure the species survival within the province. Additional bright spots can be found with Alberta’s announcement of nearly 7,000 square miles of newly protected habitat and Saskatchewan’s announcement of a multi-stakeholder plan for caribou management in the province.  But unfortunately, despite the positive news from Alberta, the province failed to protect the most endangered caribou herd in Canada where already 95 percent of the herd’s range has been impacted by logging and oil and gas interests.  A draft range plan for the herd fell far short of habitat protection needed to ensure its survival.

While numerous competing interests vie for a share of boreal resources and thus make caribou conservation and recovery planning complicated, the needs of woodland caribou are fairly simple: to remain a thriving, self-sustaining species on the landscape, at least 65 percent of their remaining range must be preserved as intact forest, free from new roads and clearcuts and other human disturbances. This is the standard that must be reached, and if it is not, we will begin to witness the local and regional extinction of this iconic Canadian species. With the federal reporting deadline looming later this year, it is time for provinces to step up and show they care about the fate of this bellwether boreal species.

Espèce emblématique canadienne en péril – le caribou des bois

Le caribou des bois est l’un des symboles nationaux du Canada. Au même titre que le pygargue à tête blanche aux États-Unis ou le panda géant en Chine. On connaît peut-être mieux les caribous des bois chez nous comme les fidèles coursiers qui emportent le traîneau du père Noël, les fameux « rennes ». Malgré la place spéciale de cette espèce dans l’iconographie nationale canadienne, de nombreuses hardes sont en difficulté aujourd’hui au Canada et certaines sont même au bord de l’extinction. Dans la vaste forêt boréale canadienne, le caribou des bois – sous-espèce sylvicole d’un naturel craintif – est constamment menacé par la propagation d’activités humaines comme l’exploitation forestière, l’extraction minière et la construction routière qui grugent de plus en plus son habitat résiduel. Son sort est lié à celui de la forêt boréale, l’une des dernières grandes forêts du monde, puisqu’il prospère seulement dans les zones intactes de la forêt boréale canadienne. Mais c’est en 2017 que cette tendance inquiétante pourrait finalement changer. En octobre, le gouvernement du Canada publiera un rapport décrivant de façon détaillée les progrès accomplis à l’échelle fédérale et provinciale pour protéger l’habitat essentiel du caribou des bois. Nous verrons bien alors si les gouvernements fédéral et provinciaux auront pris des mesures démontrant leur engagement à poser de bons gestes pour protéger cette espèce emblématique et son habitat restant dans la forêt boréale.

Contrairement à ses congénères qui vivent ensemble en hardes massives dans la toundra ouverte, le caribou des bois est une espèce sylvicole fuyante qui a besoin d’immenses superficies de forêts intactes pour se nourrir et échapper aux prédateurs. En raison de sa vulnérabilité face aux loups et aux ours, il évite les routes et les zones forestières qui ont été exploitées et se tient souvent à des kilomètres de ces lisières créées par l’activité humaine. Le caribou des bois est si sensible aux perturbations de son habitat qu’il peut s’écouler 50 ans avant qu’il ne revienne dans une zone forestière perturbée qui a fini par repousser. Son caractère craintif et les multiples précautions qu’il prend pour éviter toute clairière, toute zone fragmentée par les routes, l’exploitation forestière, l’extraction minière et les causes naturelles, peuvent limiter sérieusement ses voies de migration et, souvent, le priver de l’accès à des sources importantes de nourriture ou à ses terrains de mise bas annuelle. Son extrême sensibilité aux conditions locales en fait l’un des meilleurs indicateurs existants de la santé globale de la forêt boréale.

À l’heure actuelle, la perte de son habitat est l’une des plus grandes menaces qui planent sur le caribou des bois. Les deux derniers siècles d’incursion humaine dans la forêt boréale de l’Amérique du Nord ont accompagné la perte de la moitié de l’habitat de l’espèce. Dans la partie sud de sa zone historique, la majeure partie de la perte de cet habitat a été causée par l’activité humaine, notamment le défrichage des terres pour l’agriculture, la construction routière et la coupe à blanc intensive. Les études brossent un tableau très sombre de la situation de l’espèce et de l’urgence d’agir; seulement 17 des 57 hardes de caribou des bois répertoriées au Canada sont considérées comme autosuffisantes. Faute d’efforts concertés de conservation et de rétablissement, les 40 hardes en péril continueront probablement de décliner jusqu’à disparaître tout à fait.

Depuis 1984, diverses populations de caribou des bois sont inscrites à titre d’espèces menacées sur la liste de la Loi sur les espèces en péril du Canada – pendant de la loi américaine Endangered Species Act et d'autres hardes s'y sont ajoutées pendant les décennies suivantes. En 2012, le gouvernement du Canada a publié une stratégie de rétablissement proposée pour l’espèce en vertu de l’autorité conférée par la Loi sur les espèces en péril. La publication de cette stratégie était censée être accompagnée de mises à jour obligatoires prévues par la loi tous les six mois, mais le gouvernement canadien n’a encore produit aucun rapport depuis 2012. Il a maintenant fixé à octobre 2017 la date butoir de présentation d’un rapport sur les progrès de la mise en œuvre de stratégies de rétablissement du caribou des bois à l’échelle fédérale et provinciale.

Malheureusement, malgré les cinq années qui se sont écoulées, il n’y a presque pas eu de progrès à l’échelle provinciale, tant en ce qui a trait à la conservation de l’habitat qu’à la mise en œuvre de stratégies d’inversion du déclin continu de l’espèce. Entretemps, l'expansion industrielle dans la forêt boréale s’est poursuivie sans relâche, principalement sous la poussée de la demande américaine et canadienne de produits du bois et de pâtes et papiers.

La situation au Québec et en Ontario illustre peut-être le mieux la réticence apparente à agir pour sauver cette espèce emblématique canadienne. Le Québec a annoncé en avril dernier les grandes lignes d’une stratégie de conservation et de rétablissement du caribou des bois, mais il est demeuré muet depuis quant à la façon de la mettre en œuvre. Des rapports laissent entendre qu'il annoncera l’instauration de nouvelles zones protégées dans les prochains mois, et une stratégie de gestion de l’habitat pour avril 2018, mais les détails demeurent flous. Alors que règne cette incertitude, des études ont révélé la portée de la dégradation de l’habitat dans la zone occupée par les populations de caribou des bois de la province. Le gouvernement provincial a choisi entretemps de permettre l’exploitation forestière commerciale de 15 millions d’acres de forêts intactes à l’heure actuelle, au lieu de protéger l’habitat essentiel. Pour sa part, l'Ontario n’a pas fait de progrès manifestes en vue d’annoncer un plan de conservation et de rétablissement de l’espèce. En fait, dans sa propre Loi sur les espèces en voie de disparition, la province a ajouté en 2013 une exemption qui permet à un certain nombre d’industries installées dans sa zone boréale de détruire l’habitat essentiel. Il se trouve par ailleurs en ces temps d’inertie que des scientifiques de la province de l’Ontario ont constaté l’existence de menaces croissantes pour la survie de 13 des 15 hardes de la province.

Quelques lueurs d’espoir pointent toutefois dans le flot de mauvaises nouvelles sur le caribou des bois. Le Manitoba, par exemple, a annoncé dernièrement une stratégie de rétablissement qui, si elle était mise en œuvre intégralement, pourrait préserver suffisamment d’habitat essentiel pour assurer la survie du caribou des bois dans la province. D’autres lueurs d’espoir viennent de l’annonce de l’instauration de près de 7 000 kilomètres carrés de nouvel habitat protégé par l’Alberta, et aussi de celle d’un plan de gestion du caribou en partenariat par la Saskatchewan. Mais malheureusement, malgré les bonnes nouvelles de l’Alberta, la province n’a pas réussi à protéger la harde de caribous la plus menacée au Canada, dont 95 % de l’habitat est déjà touché par les droits d’exploitation forestière et d’exploitation pétrolière et gazière. L’élaboration d’un plan provisoire de protection du terrain pour la harde a été loin de protéger suffisamment l’habitat pour assurer sa survie. https://www.nrdc.org/experts/anthony-swift/caribou-under-siege-logging-a...

Devant les multiples intérêts en lutte pour obtenir une part des ressources de la forêt boréale, compliquant ainsi la planification de la conservation et du rétablissement du caribou des bois, les besoins de celui-ci sont relativement simples: pour demeurer une espère florissante et autosuffisante dans le paysage, au moins 65 % de son habitat restant doit être préservé et demeurer intact, échappant à la construction de nouvelles routes, aux coupes à blanc et aux autres perturbations anthropiques. Faute d’atteindre cette norme, nous assisterons progressivement à l’extinction locale et régionale de cette espèce emblématique canadienne. Dans la perspective de l’échéance imminente d'un rapport fédéral avant la fin de l’année, il est temps que les provinces se lèvent et montrent qu’elles se préoccupent du sort de cette espèce qui nous indique l’état de santé de la forêt boréale.

About the Authors

Josh Axelrod

Manager of fossil fuels and climate policy, Canada Project, International Program

Join Us

When you sign up you'll become a member of NRDC's Activist Network. We will keep you informed with the latest alerts and progress reports.