New Report Shows Toll of Unsustainable Logging in the Boreal

En Français

Canada’s boreal forest is the world’s largest intact forest, but industrial logging operations are chipping away at it, undermining its role in stabilizing the global climate and as a refuge for many of North America’s iconic species. At the global scale, Canada has ranked third behind Russia and Brazil in intact forest landscape loss. A new report by NRDC, By A Thousand Cuts: How Powerful Companies’ Wood Sourcing is Degrading Canada’s Boreal Forest, reveals what that means on the ground. This report finds that global wood and pulp suppliers operating in Canada’s boreal forest are failing to implement critical social and environmental safeguards, putting the rights of Indigenous communities, threatened species, and a critical carbon storehouse at risk.

Clearcut in Ontario

The report focused on Aditya Birla, Domtar, and Resolute Forest Products, key pulp suppliers to the United States that export significant volumes of tissue pulp and other forest products. These include Northern Bleached Softwood Kraft (NBSK) pulp, which home goods manufacturers including Procter & Gamble use to make single-use products such as toilet paper and tissue. But the three companies’ exports aren’t limited to pulp. As large international players, Domtar, Resolute, and Aditya Birla are among the world’s largest producers of pulp, newsprint, and viscose staple fiber (a wood-based material used in clothing), respectively. Therefore, we assessed the three companies’ overall wood sourcing in Ontario and Quebec, to gain insights into their sourcing footprints across the two provinces. The results were alarming, illustrating both the enormous scale of logging operations, and revealing the lack of sustainable policies guiding these companies’ activities.

Our assessment was limited to the companies’ sourcing from public forest units in the two provinces, and did not include their sourcing from private forests or regions outside of these provinces. Yet even just looking at this portion of these companies’ footprint across the boreal forest, our assessment found that the three companies’ mills had a large and troubling impact:

1) The companies’ mills do not require wood to have been obtained with the free, prior, and informed consent of Indigenous Peoples potentially impacted by forestry operations. As one of the bare minimum rights described in the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples, Indigenous Peoples should be able to reject, modify, or approve operations that could impact them and their lands. Yet none of the companies have publicly committed to these Indigenous rights as necessary for their mills’ wood sourcing.

2) Rather than requiring wood to have come from forests units certified under the Forest Stewardship Council (FSC), the companies have been sourcing high volumes of wood from non-FSC-certified forest units with significantly weaker sustainability standards. In Canada, FSC is the only forest certification widely supported by environmental experts, whereas non-FSC wood is vulnerable to destructive logging practices. Yet the companies rely heavily on non-FSC wood; so much, in fact, that in a single year, the three companies sourced more than five million cubic meters of this wood. This is enough non-FSC wood that, if converted to “2x4” board laid end to end, could stretch from the earth to the moon and back again, twice. 

3) Much of the wood supplying the companies’ mills comes from forest units that encompass threatened boreal caribou habitat. Industrial disturbances in boreal caribou habitat are already endangering the species’ long-term survival. This map shows different ranges of Canada’s threatened boreal caribou, whose populations are declining from industrial destruction of their forest habitat. All of the ranges that overlap with the companies’ sourcing are either approaching, or already beyond, dangerous disturbance thresholds of 35%, beyond which caribou in these ranges become particularly imperiled.

4) The three companies are sourcing extensively from forest units that both contain boreal caribou habitat and lack FSC certification. These areas are particularly threatened by unsustainable logging practices. The companies’ reliance on non-FSC fiber is particularly egregious when you consider where that non-FSC fiber is coming from. Of all the logging forest units supplying the companies’ mills, we identified those that are at least 50% boreal caribou habitat. In those areas, nine times more wood volume came from non-FSC forest units, than from FSC-certified forest units. This means that the species in those areas are particularly unprotected from harmful logging practices. Alarmingly, we estimated that none of the majority-caribou-habitat forest units supplying Domtar and Aditya Birla’s mills are FSC-certified. Resolute Forest Products, on the other hand, sources the highest overall volume of wood from non-FSC, majority caribou-habitat forest units, by a significant margin.

Also troubling was the extent to which logging has dramatically increased in vulnerable areas, such as the Domtar-managed Trout Lake Forest, which is almost all boreal caribou habitat. In just six years, the area under harvest increased by 431 percent. For years, Domtar has said it wants to secure FSC-certification for this area. In order for that to happen, the company should show how it will safeguard large areas of intact caribou habitat consistent with peer-reviewed science and the federal government’s own caribou guidance-- not continue overseeing the degradation of this species’ habitat.

5) When companies source large volumes of wood from boreal caribou habitat, these activities disturb natural carbon stores and contribute to the climate crisis. Widespread logging in caribou habitat is not just threatening to the species and communities that depend on it. It also disturbs and releases carbon previously locked up in forests and their soils. This means industrial disturbance of caribou habitat has significant global implications as well.

6) The companies are members of the Forest Products Association of Canada (FPAC), a trade group that obscures the connection between industrial forestry operations and boreal caribou decline. FPAC has alarmed scientists for downplaying logging’s impacts on boreal caribou to policymakers. Since FPAC touts its influence in government policy, these communications may have contributed to provincial weakening of policies that are putting species across Canada at risk.

These three corporations are part of a much larger number of companies operating in, and sourcing from, Canada’s boreal forest. The fact that their sourcing operations alone have such a deep industrial footprint paints a sobering picture, and a glimpse into industrial logging’s impact across Canada’s intact forests.

The findings of this report come on the heels of other evidence about logging in Canada’s boreal forest, which have undermined industry claims that Canada’s logging levels are sustainable because seedlings are planted in logged areas. That evidence includes findings that logging intact forests can create a “carbon debt” which takes decades to centuries to repay; reports that large areas of forest logged decades ago are failing to recover; and decades of science demonstrating that widescale industrial logging leads to declines in boreal caribou populations.

These findings implicate companies like Procter & Gamble (P&G), a purchaser of pulp from all three companies. P&G uses 100% virgin forest fiber to make products like Charmin toilet paper. Despite concerns over P&G’s forest impacts raised by a majority of the company’s own shareholders in an unprecedented shareholder resolution last fall, P&G has dug in on the claim that its operations are sustainable, failing to even take its own shareholders’ concerns seriously. Just in the last few days, P&G has promised to “diligently pursue sourcing that protects forests and the communities that rely on them,” downplaying its reliance on weak certification schemes, refusal to protect intact forests and caribou habitat, and failure to require free, prior and informed consent from Indigenous Peoples.

Powerful companies that supply, and purchase, boreal wood-based materials could considerably improve the sustainability of their operations, but it will require commitment and rapid action. Where logging occurs, companies should -- among other important steps -- require free, prior and informed consent from Indigenous Peoples, safeguard intact forests and species habitat, and source from FSC-certified forests with robustly-implemented sustainability requirements. Manufacturers of products like toilet paper should replace virgin forest pulp with more sustainable alternatives—including recycled content—to reduce overall pressures on threatened forests. Rather than spending resources on more corporate spin or even suing their environmental critics, all of these companies could genuinely improve their wood and pulp supply chains, if they chose to do so.

But as things stand, without key protections, Canada’s boreal forest and the global benefits it bestows will continue to disappear, cut by cut.

Note: Provincial public forest areas are divided into smaller units for management purposes; these are referred to as “forest units” in the report. Specifically, “forest units” refers to forest management units in Ontario and régions d’application des garanties d’approvisionnement and unités d’aménagement in Quebec. Estimates, calculations, and the dates of the public reports relied upon for this analysis are detailed in the methodology of the report.


Un nouveau rapport montre le prix à payer pour l’exploitation forestière non durable dans la région boréale
 

La forêt boréale du Canada est la plus grande forêt intacte du monde, mais les activités d’exploitation forestière industrielle l’érodent, compromettant ainsi son rôle de stabilisation du climat mondial et de refuge pour de nombreuses espèces emblématiques d’Amérique du Nord. À l’échelle mondiale, le Canada se classe au troisième rang, derrière la Russie et le Brésil, pour la perte de paysages forestiers intacts. Un nouveau rapport du NRDC, By A Thousand Cuts: How Powerful Companies’ Wood Sourcing is Degrading Canada’s Boreal Forest (La lente agonie, ou comment l’approvisionnement en bois des grandes entreprises détruit petit à petit la forêt boréale canadienne) révèle ce que cela signifie concrètement. Ce rapport indique que les fournisseurs mondiaux de pâtes et papiers opérant dans la forêt boréale canadienne ne mettent pas en œuvre des mesures de protection sociale et environnementale cruciales, mettant ainsi en danger les droits des communautés autochtones, les espèces menacées, et une réserve de carbone essentielle.

Le rapport s’est concentré sur Aditya Birla, Domtar et Produits forestiers Résolu, principaux fournisseurs de pâtes aux États-Unis qui exportent des volumes importants de pâte à papier et d’autres produits forestiers. Il s’agit notamment de la pâte à papier kraft blanchie de résineux du Nord (NBSK), que les fabricants de produits ménagers, dont Procter & Gamble, utilisent pour fabriquer des produits à usage unique tels que le papier hygiénique et les papiers mouchoirs. Mais les exportations des trois entreprises ne se limitent pas à la pâte à papier. En tant que grands acteurs internationaux, Domtar, Résolu et Aditya Birla comptent parmi les plus grands producteurs mondiaux de pâte à papier, de papier journal, ainsi que de fibre discontinue de viscose (un matériau à base de bois utilisé dans l’habillement), respectivement. Nous avons donc évalué l’ensemble des sources d’approvisionnement en bois de ces trois entreprises en Ontario et au Québec, afin de mieux comprendre leurs empreintes d’approvisionnement dans ces deux provinces. Les résultats sont alarmants et illustrent à la fois l’ampleur considérable de l’exploitation forestière et l’absence de politiques de pérennité guidant les activités de ces entreprises.

Notre évaluation s’est limitée à l’approvisionnement des entreprises dans les forêts publiques des deux provinces et n’a pas tenu compte de leur approvisionnement dans les forêts privées ou les régions situées à l’extérieur de ces provinces. Pourtant, même en ne considérant que cette portion de l’empreinte de ces entreprises dans la région boréale, notre évaluation a révélé que les usines des trois entreprises avaient des répercussions considérables et troublantes :

1) Les usines des entreprises n’exigent pas que le bois ait été obtenu avec le consentement donné librement au préalable et en connaissance de cause par les peuples autochtones potentiellement touchés par les activités forestières. Les peuples autochtones devraient au moins être en mesure de rejeter, de modifier ou d’approuver les activités qui peuvent avoir des répercussions sur eux et leurs territoires. Pourtant, aucune des entreprises ne s’est engagée publiquement envers ces droits autochtones comme étant nécessaires pour l’approvisionnement en bois de leurs usines.

2) Plutôt que d’exiger que le bois provienne d’unités forestières certifiées par le Forest Stewardship Council (FSC), les entreprises se sont approvisionnées en gros volumes de bois provenant d’unités forestières non certifiées FSC, dont les normes de durabilité sont nettement moins strictes. Le FSC est la seule certification forestière bénéficiant d’un vaste appui de la part des experts en environnement, alors que le bois non FSC est vulnérable aux pratiques d’exploitation forestière destructrices. Pourtant, les entreprises recourent massivement au bois non FSC, à tel point qu’en une seule année, les trois entreprises en ont acheté plus de cinq millions de mètres cubes.

3) Une grande partie du bois qui alimente les usines de ces entreprises provient d’unités forestières qui englobent l’habitat du caribou boréal, une espèce menacée. Les perturbations industrielles dans l’habitat du caribou boréal mettent déjà en danger la survie à long terme de l’espèce. Cette carte montre différentes aires de répartition du caribou boréal, espèce menacée au Canada, dont les populations sont en déclin en raison de la destruction de leur habitat. Toutes les aires de répartition qui chevauchent les sources d’approvisionnement des entreprises approchent ou dépassent déjà les seuils de perturbation dangereux de 35 %, au-delà desquels les caribous de ces aires sont particulièrement menacés.

4) Les trois entreprises s’approvisionnent largement auprès d’unités forestières qui englobent l’habitat du caribou boréal et qui ne sont pas certifiées FSC. Ces zones sont particulièrement menacées par des pratiques d’exploitation forestière non durables. La dépendance des entreprises à l’égard de la fibre non FSC est particulièrement flagrante si l’on examine la provenance de cette fibre. Parmi toutes les unités forestières d’exploitation qui approvisionnent les usines des entreprises, nous avons identifié celles qui représentent au moins 50 % de l’habitat du caribou boréal. Dans ces zones, le volume de bois provenant d’unités forestières non FSC était neuf fois plus important que celui provenant d’unités forestières FSC, ce qui signifie que les espèces de ces zones sont particulièrement mal protégées contre les pratiques d’exploitation forestière néfastes. 

Il est également troublant de constater à quel point l’exploitation forestière a augmenté de façon spectaculaire dans les zones vulnérables, comme la forêt Trout Lake gérée par Domtar, qui est constituée presque entièrement de l’habitat du caribou boréal. En six ans seulement, la superficie exploitée a augmenté de 431 %. Domtar a déclaré vouloir faire certifier cette zone par le FSC. Pour que cela se produise, l’entreprise doit montrer comment elle sauvegardera de vastes zones d’habitat intact du caribou, conformément aux données scientifiques évaluées par les pairs et aux directives du gouvernement fédéral sur le caribou, et non continuer à superviser la dégradation de l’habitat de cette espèce.

5) Lorsque les entreprises s’approvisionnent en grands volumes de bois dans l’habitat du caribou boréal, ces activités perturbent les réserves naturelles de carbone et contribuent à la crise des changements climatiques. L’exploitation forestière généralisée dans l’habitat du caribou ne menace pas seulement les espèces et les communautés qui en dépendent. Elle perturbe et libère également le carbone précédemment enfermé dans les forêts et leurs sols. Cela signifie que la perturbation de l’habitat du caribou par les entreprises a également des répercussions importantes à l’échelle mondiale.

6) Ces entreprises sont membres de l’Association des produits forestiers du Canada (APFC), un groupe commercial qui occulte le lien entre les activités forestières industrielles et le déclin du caribou boréal. L’APFC a alarmé les scientifiques lorsqu’elle a minimisé l’impact de l’exploitation forestière sur le caribou boréal auprès des décideurs politiques. Puisque l’APFC vante son influence sur les politiques gouvernementales, ces communications pourraient avoir contribué à l’affaiblissement des politiques provinciales, ce qui met en péril des espèces partout au Canada.

Ces trois sociétés font partie d’un nombre beaucoup plus important d’entreprises qui opèrent dans la forêt boréale canadienne et s’y approvisionnent. Le fait que leurs activités d’approvisionnement aient à elles seules une telle empreinte industrielle donne à réfléchir et permet d’entrevoir les répercussions de l’exploitation forestière industrielle sur les forêts intactes du Canada.

Les conclusions de ce rapport font suite à d’autres preuves concernant l’exploitation de la forêt boréale canadienne, qui ont remis en cause les affirmations de l’industrie selon lesquelles les niveaux d’exploitation du Canada sont durables parce que de jeunes plants sont plantés dans les zones exploitées. Ces preuves comprennent les conclusions selon lesquelles l’exploitation de forêts intactes peut créer une « dette de carbone » qu’il faut des décennies, voire des siècles, à rembourser; des rapports selon lesquels grands zones exploitées depuis des décennies ne se rétablissent pas; et des décennies de données scientifiques démontrant que l’exploitation industrielle à grande échelle entraîne un déclin des populations de caribous boréaux.

Ces résultats mettent en cause des entreprises comme Procter & Gamble (P&G), un acheteur de pâte à papier des trois entreprises. P&G utilise de la pâte provenant à 100 % de forêts vierges pour fabriquer des produits comme le papier hygiénique Charmin. Malgré les préoccupations concernant l’impact de P&G sur les forêts, soulevées par une majorité de ses propres actionnaires dans une résolution sans précédent l’automne dernier, P&G a continué d’affirmer que ses activités sont durables, ne prenant même pas au sérieux les préoccupations de ses propres actionnaires. Au cours des derniers jours, P&G s’est vanté de de son engagement à faire preuve de diligence dans la recherche de sources d’approvisionnement qui « protègent les forêts et les communautés qui en dépendent» , minimisant sa dépendance à l’égard de systèmes de certification déficients, son refus de protéger les forêts intactes et l’habitat des caribous, et son refus d’exiger le consentement donné librement au préalable et en connaissance de cause par les peuples autochtones.

Les puissantes entreprises qui fournissent et achètent des matériaux à base de bois boréal pourraient améliorer considérablement la durabilité de leurs activités, mais cela nécessiterait un engagement et des mesures rapides. Là où l’exploitation forestière a lieu, les entreprises devraient, entre autres mesures importantes, exiger le consentement donné librement au préalable et en connaissance de cause par les peuples autochtones, sauvegarder les forêts intactes et l’habitat des espèces, et s’approvisionner dans des forêts certifiées FSC avec des exigences de durabilité mises en œuvre de façon rigoureuse. Les fabricants de produits tels que le papier hygiénique devraient remplacer la pâte à papier provenant de forêts vierges par des solutions de rechange plus durables, y compris le contenu recyclé, afin de réduire la pression globale sur les forêts menacées. Plutôt que de dépenser leurs ressources à faire de la propagande d’entreprise ou même à poursuivre en justice leurs détracteurs environnementaux, toutes ces entreprises pourraient véritablement améliorer leurs chaînes d’approvisionnement en bois et en pâte à papier, si elles décidaient de le faire.

Mais en l’état actuel des choses, sans mesures de protection indispensables, la forêt boréale canadienne et les avantages mondiaux qu’elle procure continueront de disparaître, une coupe à la fois.

About the Authors

Courtenay Lewis

Manager of Ecosystems Policy, Canada Project, International Program

Join Us

When you sign up you'll become a member of NRDC's Activist Network. We will keep you informed with the latest alerts and progress reports.