Canada’s Logging Loophole Undermines Climate Goals

En Français

When it comes to addressing climate change, Canada has a forest-sized blind spot. A new report, The Logging Loophole: How the Logging Industry’s Unregulated Carbon Emissions Undermine Canada’s Climate Goals, from NRDC, Environmental Defence Canada, and Nature Canada outlines a dangerous “logging loophole” in Canadian policy that is allowing the logging industry to escape regulation and scrutiny for its toll on the climate-critical boreal forest. Through enabling the logging industry to unleash unregulated, undercounted carbon emissions into the atmosphere, this loophole is putting at risk Canada's climate commitments and global efforts to secure a livable planet for future generations. 

Industrial Logging’s Climate Impact

The Canadian boreal forest is a global climate linchpin, storing twice as much carbon as the entire world’s oil reserves. This carbon-dense forest, which is also home to over 600 Indigenous communities and treasured species like the boreal caribou, plays a central role in the carbon cycle, making its protection an international concern. 

Yet each year, the logging industry clearcuts over a million acres of this forest to make products like toilet paper, newsprint, and lumber. Despite its reputation for sustainability, Canada has the third-highest rate of intact forest loss in the world, behind only Russia and Brazil. In addition to its impact on wildlife, this industrial logging exacerbates global climate change. Logging reduces the forest’s capacity to continue absorbing carbon for years as the trees regrow. It also turns the boreal’s vast carbon vault into a climate liability, flooding the atmosphere with carbon that had previously been locked up in the boreal ecosystem.

Clearcut logging in Ontario

River Jordan for NRDC

Underreported Emissions

Canada reports each year on emissions from its managed forests, using a model that inputs logging data from provinces and industry. Unfortunately, growing evidence shows that this model is downplaying logging’s true climate impact. In addition to the fact that the model employs conservative assumptions about the rate of soil carbon loss and does not incorporate the climate impact of carbon loss from mosses, the model, in alignment with industry claims, oversells how well the forest is recovering following logging. 

For years, provinces and industry have claimed that for every tree cut down, another one is regrown. Yet a study from Canadian NGO Wildlands League has shown that, across 27 clearcuts in northern Ontario, an average of 14 percent of the impacted area remains essentially barren, even two or three decades after being clearcut. These “logging scars” are due to logging roads and “landings,” where logs and unwanted logging residue are processed with heavy equipment and stacked, compacting the earth and suppressing regrowth. Because there is no sign that forests will return to these scarred areas before the next logging cycle, they are, for all intents and purposes, deforested. 

Canada’s carbon reporting does not account for these logging scars which, assuming the current rate of deforestation continues, by 2030 will have reduced the forest’s climate mitigation potential by a total of 41 million metric tons of CO2. If this trend holds true elsewhere in the boreal, the climate impact will be even greater. 

This undercounting, plus an overemphasis on the role of long-lived harvested wood products (HWP) fuels the logging industry’s dangerous claims that it is, in fact, a climate solution. 

Regulatory Exemptions  

At the same time, the logging loophole exempts the logging industry from paying for its climate impact. Canada has a carbon pricing regime, the Greenhouse Gas Pollution Pricing Act, in place to regulate fossil fuel emissions, but it does not extend to the logging industry. While a ton of carbon will cost the fossil fuel industry C$50 by 2022, the logging industry’s carbon impacts have no such penalty. As a result, the industry is able to offload the social and economic cost of its sizable emissions onto the rest of the world.

The lack of carbon pricing for the logging industry also means there are no direct financial incentives in place to drive climate-friendlier forestry or the protection of carbon-rich intact forests. Unlike the fossil fuel industry, logging is not inherently incompatible with the global target of achieving a 1.5° C future. However, the industry’s practices need to change dramatically to become sustainable. Implementing a price on logging’s carbon impact would  propel the industry to adopt these climate-friendlier practices including longer harvest rotations, avoiding intact forests, and ending full-tree logging. Canada could then invest revenue from pricing forestry emissions into other critical climate measures including reversing forest degradation, research and monitoring, and expanding economic alternatives for communities. 

Closing the Loophole

Canada is in a strong position to lead on nature-based climate solutions. Its recent investments in Indigenous Protected and Conserved Areas and Indigenous Guardians programs were groundbreaking achievements, and Canada should continue to prioritize of Indigenous-led management. This, however, needs to happen alongside a policy regime that actually holds industry accountable and reins in its unsustainable practices.  

The atmosphere, unfortunately, does not recognize creative accounting or differentiate between logging’s carbon emissions and fossil fuel impacts. Continuing to sweep logging’s toll on the climate under the rug is perpetuating dangerous industry practices that threaten climate catastrophe. Scientists around the world have called for transformative change to avoid an unthinkable climate future. Industrial logging can align with a sustainable reality, but it, too, needs to transform. Closing Canada’s logging loophole will catalyze that change, ensuring the boreal forest is protected as one of the world’s greatest climate allies. 


La faille dans l’exploitation forestière au Canada compromet ses objectifs climatiques

Lorsqu’il s’agit de lutter contre les changements climatiques, le Canada a un angle mort de la taille d’une forêt. Un nouveau rapport, The Logging Loophole: How the Logging Industry’s Unregulated Carbon Emissions Undermine Canada’s Climate Goals (La faille de l’exploitation forestière : comment les émissions climatiques non réglementées de l’industrie forestière compromettent les objectifs climatiques du Canada) du NRDC, d’Environmental Defence Canada et de Nature Canada, met en évidence une dangereuse « faille dans la politique canadienne en matière d’exploitation forestière » qui compromet les engagements du pays en matière de climat en exemptant l’industrie forestière d’un examen minutieux de ses effets sur la forêt boréale, essentielle pour le climat. Cette faille permet à l’industrie forestière de libérer dans l’atmosphère des émissions de carbone non réglementées et sous-comptabilisées, mettant ainsi en péril les efforts mondiaux visant à garantir une planète vivable pour les générations futures.

Les répercussions de l’exploitation forestière sur le climat

La forêt boréale canadienne est un élément clé du climat mondial, car elle stocke deux fois plus de carbone que les réserves mondiales de pétrole. Cette forêt à forte densité de carbone, qui abrite également plus de 600 communautés autochtones et des espèces précieuses comme le caribou boréal, joue un rôle déterminant dans le cycle du carbone, ce qui fait de sa protection une préoccupation internationale.

Or, chaque année, l’industrie forestière abat plus d’un million d’hectares de cette forêt pour fabriquer des produits comme le papier hygiénique, le papier journal et le bois d’œuvre. Malgré sa réputation en matière de durabilité, le Canada a le troisième taux le plus élevé de perte de forêts intactes au monde, derrière la Russie et le Brésil. En plus de son incidence sur la faune, cette exploitation forestière exacerbe les changements climatiques mondiaux. L’exploitation forestière réduit la capacité de la forêt à continuer d’absorber le carbone pendant des années, au fur et à mesure que les arbres repoussent. Elle transforme également la vaste voûte de carbone de la forêt boréale en un passif climatique, en inondant l’atmosphère de carbone qui était auparavant emprisonné dans l’écosystème boréal.

Émissions sous-déclarées

Le Canada fait rapport chaque année sur les émissions de ses forêts gérées, en utilisant un modèle qui intègre les données d’exploitation forestière des provinces et de l’industrie. Malheureusement, de plus en plus de données montrent que ce modèle minimise l’incidence réelle de l’exploitation forestière sur le climat. Outre le fait que le modèle utilise des hypothèses prudentes sur le taux de perte de carbone dans le sol et n’intègre pas les effets climatiques de la perte de carbone par les mousses, le modèle, conformément aux affirmations de l’industrie, surestime la capacité de récupération de la forêt après l’exploitation forestière.

Depuis des années, les provinces et l’industrie affirment que pour chaque arbre coupé, un autre repousse. Pourtant, une étude de l’ONG canadienne Wildlands League a révélé que, sur 27 coupes à blanc dans le nord de l’Ontario, 14 % en moyenne de la zone touchée reste essentiellement stérile, même deux ou trois décennies après avoir été coupée. Ces « cicatrices d’exploitation forestière » sont dues aux chemins d’exploitation et aux « jetées », où les billots et les résidus d’exploitation non désirés sont traités avec des équipements lourds et empilés, ce qui compacte la terre et supprime la repousse. Étant donné que rien n’indique que les forêts reviendront dans ces zones cicatrisées avant le prochain cycle d’exploitation, elles sont, à toutes fins utiles, déboisées.

Pourtant, le rapport du Canada sur le carbone ne tient pas compte de ces cicatrices d’exploitation forestière qui, en supposant que le taux actuel de déforestation se poursuive, auront réduit le potentiel d’atténuation du climat de la forêt de 41 millions de tonnes métriques de CO2 d’ici 2030. Si cette tendance se confirme ailleurs dans la région boréale, l’incidence sur le climat sera encore plus importante.

Cette sous-estimation, ainsi que l’accent excessif mis sur le rôle des produits ligneux récoltés à longue durée de vie, alimentent les dangereuses déclarations de l’industrie forestière selon lesquelles il s’agit en fait d’une solution climatique.

Exemptions réglementaires 

En même temps, la faille dans l’exploitation forestière permet à l’industrie forestière de ne pas payer pour son incidence sur le climat. Le Canada a mis en place un régime de tarification du carbone, la Loi sur la tarification de la pollution causée par les gaz à effet de serre, pour réglementer les émissions de combustibles fossiles, mais il ne s’étend pas à l’industrie forestière. Alors qu’une tonne de carbone coûtera 50 dollars canadiens à l’industrie des combustibles fossiles d’ici 2022, l’incidence de l’exploitation forestière sur le carbone n’est pas pénalisée. Par conséquent, l’industrie est en mesure de se décharger du coût social et économique de ses émissions considérables sur le reste du monde.

En outre, l’absence de tarification du carbone pour l’industrie forestière signifie qu’il n’existe pas d’incitations financières directes pour favoriser une exploitation forestière plus respectueuse du climat ou la protection des forêts intactes riches en carbone. Contrairement à l’industrie des combustibles fossiles, l’exploitation forestière n’est pas intrinsèquement incompatible avec l’objectif mondial de parvenir à un avenir à 1,5 °C. Toutefois, les pratiques de l’industrie doivent changer radicalement pour devenir durables. La mise en place d’un prix sur les effets de l’exploitation forestière sur le carbone pousserait l’industrie à adopter ces pratiques plus respectueuses du climat, notamment en prolongeant les rotations de récolte, en évitant les forêts intactes et en mettant fin à l’exploitation par arbres entiers. Le Canada pourrait alors investir les revenus provenant de la tarification des émissions forestières dans d’autres mesures climatiques essentielles, notamment l’inversion de la dégradation des forêts, la recherche et la surveillance, et l’élargissement des alternatives économiques pour les collectivités.

Combler la faille

Le Canada est en position de force pour devenir un chef de file en matière de solutions climatiques basées sur la nature. Ses récents investissements dans les aires protégées et conservées par les Autochtones et dans les programmes de gardiens autochtones sont des réalisations révolutionnaires qui devraient permettre de continuer à privilégier la gestion dirigée par les Autochtones. Toutefois, si le Canada ne parvient pas à freiner l’exploitation forestière non durable, il entravera les efforts qu’il déploie pour maximiser la valeur climatique de ses forêts.

Malheureusement, l’atmosphère ne reconnaît pas la comptabilité créative et ne fait pas la différence entre les émissions de carbone de l’exploitation forestière et les répercussions des combustibles fossiles. En continuant à balayer sous le tapis les conséquences de l’exploitation forestière sur le climat, on perpétue des pratiques industrielles dangereuses qui menacent de provoquer une catastrophe climatique. Les scientifiques du monde entier ont appelé à un changement transformateur pour éviter un avenir climatique inconcevable. L’exploitation forestière industrielle peut s’aligner sur une réalité durable, mais elle doit elle aussi se transformer. En comblant la faille dans l’exploitation forestière au Canada, nous catalyserons ce changement, en veillant à ce que la forêt boréale soit protégée en tant que l’un des plus grands alliés du monde en matière de climat.

About the Authors

Jennifer Skene

Environmental Law Fellow, International Program

Join Us

When you sign up you'll become a member of NRDC's Activist Network. We will keep you informed with the latest alerts and progress reports.